Festival Belluard Bollwerk International

itw Solutions

Toutes les actualités

itw Solutions

Qui sont les autres artistes qui travaillent sur le projet d’écriture ?
Martin Schick: C’est Yan Duyvendak, Melisa Su et ce fameux N.N., qui veut dire que c’est ouvert à d'autres – qu’on ne connait pas encore - à rejoindre le projet.

Comment cette écriture commune s’est-elle mise en place ? Quel est le fonctionnement concret ?
Cette écriture a été initiée par moi et Yan quand on avait l’idée de changer cette logique de travail qu’on connait dans le monde du théâtre : une production de 6 semaines, une première avec quelques représentations et ensuite une tournée, entre autres pour "valider" le projet. Surtout moi, après une douzaine d’années en tournée – souvent en Asie – j’en avais marre de cette pratique. D’ailleurs, face au contexte du changement climatique, ça devient difficile de défendre une position critique et d’en même temps continuer à faire ces "harmful practices".

Comment les autres artistes ont-iels été sélectionné·e·s ?
Ce n’est pas défini à l'avance. Melisa a été choisie par le public pendant la dernière représentation au festival Auarwirleben. Toutes les personnes qui étaient d’une autre région que de Berne pouvaient se présenter comme artiste potentiel pour la suite.

Quelles sont les règles de base pour l’écriture ?
On peut ajouter et changer, mais pas effacer des mots, phrases, etc. Une fois qu’on présente le script, on ne peut plus accéder au script et on est forcé d’interpréter le texte transformé par les autres.

Combien de fois le script a-t-il déjà été réécrit et qui en ont été les autrices et auteurs ?
On est au tout au début du projet. Il n'y a eu qu’une personne jusqu’à présent et une autre va suivre après ce spectacle. Quand je vais jouer l’année prochaine, il y aura potentiellement trois autres, ce qui dépend aussi des autres (Melisa et Yan), s'iels font leur travail ou pas.

Comment s'est déroulée la rencontre avec les habitant.e.s du quartier d'Alt?
Là, ça va commencer bientôt. L’idée est de faire cette fois une interprétation hyperlocale, je ne sais pas encore qu’est-ce que ça donnera.

Quel est votre rapport au thème de cette année, l’impact ?
Pour Solutions, c’est évident : ça parle tout premièrement de mon propre "impact" et de celui du monde artistique, surtout de notre cohérence par rapport à ce sujet.

Quel impact espérez-vous avoir avec votre projet ?
J’espère trouver des moyens pour pouvoir travailler plus local avec un esprit international et questionner cette idée et cet idéal que la valeur de l’artiste doit être mesurée selon une quantité de spectacles ou bien un radius d’effet.